Categories
Analyse des membres du front

Communiqué de presse de la santé en lutte 14 septembre 2020. Des milliers de personnes dans la rue pour des soins de santé de qualité !

Publié le 15 septembre 2020

Un an jour pour jour après la pre­mière assem­blée géné­rale de La san­té en lutte, nous étions plus de 7000 per­sonnes à mani­fes­ter ce dimanche 13 sep­tembre pour reven­di­quer un refi­nan­ce­ment mas­sif des soins de san­té !

Hier, notre mes­sage était très clair :

Nous ne les lais­se­rons plus nous impo­ser une dégra­da­tion de nos condi­tions de tra­vail.

Nous ne les lais­se­rons plus détruire la qua­li­té des soins que nous don­nons à la popu­la­tion.

Nous ne les lais­se­rons plus nous gérer à coup de tableaux excel et par le prisme d’une vision mar­chande aux consé­quences mor­telles.

La san­té est un bien pré­cieux qui mérite ample­ment cette mobi­li­sa­tion. Pro­té­geons ce bien com­mun des menaces de la pri­va­ti­sa­tion !

Nous ne sommes pas naïfs et il est clair que cette seule jour­née de mobi­li­sa­tion ne suf­fi­ra pas à ren­ver­ser la ten­dance.

Dès demain, conti­nuons la mobi­li­sa­tion sur nos lieux de tra­vail, dis­cu­tons avec nos col­lègues pour les impli­quer.

Dès demain, conti­nuons à nous orga­ni­ser pour être encore plus nom­breux et nom­breuses dans les semaines et mois à venir.

Dès demain, conti­nuons à lut­ter contre la mar­chan­di­sa­tion de notre sec­teur.

Dès demain, mobi­li­sons-nous pour faire entendre nos voix et nos exi­gences.

Dès demain, lut­tons pour un sys­tème de soin acces­sible à toutes et tous.

Dès demain, lut­tons pour plus d’ef­fec­tifs, plus de salaire et plus d’hu­ma­ni­té dans les soins.

Dès demain, sou­te­nons chaque col­lègue, chaque équipe qui s’organisera pour amé­lio­rer notre sys­tème de soins et nos condi­tions de tra­vail.

Car nous devons nous ras­sem­bler et nous orga­ni­ser pour impo­ser nos reven­di­ca­tions !

Aujourd’­hui, nous sommes déterminé.e.s à chan­ger la logique et à lut­ter contre la logique mar­chande ! Et nous ne nous arrê­te­rons que lorsque nous obtien­drons ce qui devrait être la norme : un finan­ce­ment pérenne des soins de san­té et sa ges­tion par les travailleur.euse.s et les patient.e.s !

La Ministre de la San­té aurait réagi auprès de la presse en décla­rant : “Il faut lais­ser la concer­ta­tion sociale en cours et que ces reven­di­ca­tions s’a­dressent sur­tout au nou­veau futur gou­ver­ne­ment.”

Nous répon­drons donc présent.e.s pour main­te­nir la pres­sion car notre lutte com­mence dès aujourd’hui, et ce pour une durée indé­ter­mi­née ! A nos diri­geants, nous décla­rons : Votre poli­tique est des­ti­née à dis­pa­raître parce qu’elle fait du tort au plus grand nombre et ne sert qu’une poi­gnée de pri­vi­lé­giés !

Nous pen­sons aus­si que nous allons devoir aug­men­ter le rap­port de force et c’est pour­quoi La san­té en lutte appelle à une grande jour­née d’ac­tion et de grève de l’en­semble du sec­teur.

La san­té en lutte est et res­te­ra un mou­ve­ment démo­cra­tique, soli­daire et déter­mi­né.

Après les applau­dis­se­ments, les matraques !

Vio­lences poli­cières lors de la Grande mani­fes­ta­tion de la San­té :

Alors que le Bourg­mestre Close avait déjà ten­té d’in­ter­dire notre mani­fes­ta­tion il y a quelques semaines, le voi­ci en chef de la police qui s’en prend aux soignant.e.s et à leurs sou­tiens. Alors que nous avions un accord pour nous ras­sem­bler jusque 16h00 au Mont des Arts, le bourg­mestre a don­né l’ordre à sa police de nous atta­quer alors que nous fai­sions nos dis­cours de clô­ture. Rien ne peut jus­ti­fier cela !

Nous dénon­çons la répres­sion poli­cière et l’at­ti­tude de la police de manière géné­rale pen­dant notre mobi­li­sa­tion.

Notre ras­sem­ble­ment s’est bien dérou­lé, nous avons res­pec­té l’ac­cord avec la police pour nous ras­sem­bler en groupes de 400. La police est ensuite inter­ve­nue de manière inima­gi­nable contre le per­son­nel soi­gnant et ses sou­tiens. A l’i­ni­tia­tive d’un com­mis­saire dont nous ne men­tion­ne­rons pas le nom, elle a pro­vo­qué les manifestant·e·s avec un dis­po­si­tif dis­pro­por­tion­né, de la vio­lence, des pro­pos dégra­dants et humi­liants.

Nous ne com­pre­nons pas pour­quoi les forces de l’ordre nous ont atta­qués alors que nous fai­sions pai­si­ble­ment nos dis­cours de fin sur la place de l’Al­ber­tine. Cette vio­lence gra­tuite est injus­ti­fiée et inac­cep­table. En outre, alors que nous dénon­cions depuis des semaines l’ab­sur­di­té du refus d’un cor­tège qui nous aurait per­mis de res­pec­ter la dis­tan­cia­tion phy­sique, l’en­cer­cle­ment poli­cier s’est avé­ré contraire au res­pect de ces mesures sani­taires.

Par ailleurs, les participant.e.s qui fuyaient la répres­sion poli­cière se sont fait rat­tra­per et arrê­ter. Certain.e.s se sont éga­le­ment fait matra­quer jus­qu’au sang. La police s’est aus­si per­mise d’exi­ger à cer­tains soignant.e.s d’en­le­ver leurs blouses de per­son­nel soi­gnant pour pou­voir les arrê­ter en toute impu­ni­té, l’i­mage d’un poli­cier arrê­tant un.e soignant.e aurait fait bien enten­du mau­vaise presse.

En résu­mé, la police a oeu­vré contre notre ras­sem­ble­ment, pro­vo­qué les participant·e·s et tra­hi l’ac­cord négo­cié.

En inves­tis­sant de l’argent public dans un tel dis­po­si­tif poli­cier (auto­pompes, plus de 200 poli­ciers mobi­li­sés un dimanche,…), nos poli­tiques ont fait un choix : celui de la répres­sion plu­tôt que celui de la san­té.

Nous expri­mons tout notre sou­tien aux per­sonnes arrê­tées et vio­len­tées par la police. Nous tenons à réité­rer que l’in­ter­dic­tion de mani­fes­ter est une atteinte à la liber­té d’ex­pres­sion.

Contact presse :

Fai­za Hirach (FR) 0496239437

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *