Categories
Analyses du front

Grève de la faim du rapporteur au budget du Parlement Européen – La coalition Faire Front rappelle aux eurodéputés belges l’urgence d’une fiscalité plus juste

Publié le 17 novembre 2020

Grève de la faim du rap­por­teur au bud­get du Par­le­ment Européen

La coa­li­tion Faire Front rap­pelle aux eurodéputés belges l’urgence d’une fis­ca­lité plus juste

A l’oc­ca­sion des débats européens suscités par la grève de la faim – au 13ème jour aujourd’hui ! – de Pierre Lar­rou­tu­rou au sujet du bud­get de l’UE, la coa­li­tion « Faire Front »1 rap­pelle ses priorités, qu’elle porte tant au niveau Belge qu’européen (texte com­plet ici)

  1. Dégager mas­si­ve­ment de nou­velles res­sources en remet­tant en cause les poli­tiques budgétaires et monétaires qui empêchent de recou­rir à la dépense publique (..)
  2. Faire payer les riches, le monde de la finance et les mul­ti­na­tio­nales, via une refonte radi­cale, soli­daire et trans­pa­rente des poli­tiques fis­cales, des mon­naies et des dettes, (..)
  3. Ren­for­cer et élargir la pro­tec­tion sociale, les ser­vices publics et non-mar­chands – y com­pris l’enseignement, l’économie sociale et soli­daire, le loge­ment social, l’action asso­cia­tive et la culture. (..)
  4. Inves­tir en urgence dans la tran­si­tion écologique

Sur cette base, Faire Front sou­tient une modi­fi­ca­tion radi­cale du cadre budgétaire européen actuel­le­ment en débat. Il y a urgence. Les pro­po­si­tions du Conseil, sans ambi­tions à la hau­teur des enjeux, et com­por­tant des coupes dans les fonds pour la tran­si­tion équitable, la santé, la recherche, ne nous per­met­tront pas de sor­tir de la crise vers un mode plus juste plus vert et plus démocratique.

Nous inter­pel­lons les eurodéputé-es belges pour qu’ils agissent tant qu’il est temps.

Contact pour ce dos­sier Gre­go­ry MAUZE 0486 61 57 23 ; contact@fairefront.be

1 Faire Front réunit 150 orga­ni­sa­tions fran­co­phones ou fédérales, et des cen­taines de citoyen-nes, autour de la volonté d’empêcher le « retour à l’anormal » à l’issue de la pandémie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *